Rechercher

Parlons peu, parlons Bulles !

En poterie il y a une chose dont on parle souvent, le Candyman, le Freddy Krugger, le Monstre du Loch Ness du potier, la Bulle.

Dès que vous commencez a toucher la terre, et ce quelle que soit la technique utilisée, on vous préviens de faire attention, il ne fait pas faire de bulles sinon la pièce ca exploser dans le four...

Cette idée que la bulle entraine l'explosion est à la fois très répandue et... fausse !

Enfin partiellement.

On a tous entendu parler de telle ou telle pièce de untel qui a explosé dans le four et il y avait une bulle. Pourtant si vous avez vu cette vidéo de Jon The Potter ou si vous lisez sur le sujet vous verrez que cette légende urbaine n'a pas de réel fondement scientifique.

Pourtant la grande majorité des sources s'accorde à les éviter, pourquoi ?

Vous aurez compris que j'ai choisi mon camp vis-à-vis des bulles, je vais m'expliquer.

Tout d'abord, abordons la raison pour laquelle la bulle serait à l'origine des explosions, l'air, à la chaleur, se dilate, poussant les parois de la bulle et parfois les faisant céder dramatiquement dans une explosion.

L’explosion n'est pas une légende urbaine et la dilatation de l'air a la chaleur non plus, a première vue il y a donc une certaine logique à cette explication.



Pourtant, l'argile sèche et non cuite à maturité (vitrifiée) est poreuse, si elle laisse passe les molécules d'eau rien ne justifie qu'elle retienne celles d'air. Alors pourquoi nos pièces explosent-elles et surtout pourquoi observe-t-on souvent une bulle (ou une fissure) au niveau de l’explosion ?

A cela j'ai deux réponses.

La première est dans l'énoncé de ma phrase précédente. L'argile sèche et/ou biscuitée est poreuse mais pas l'argile humide. En effet, une bulle va conserver l'humidité et l'air ainsi prisonnier va effectivement pousser les parois en se dilatant. D’ailleurs, même sans bulle une pièce encore humide a de fortes chances d’exploser à la cuisson car la vapeur d’eau va vouloir sortir plus vite que la porosité de l’argile ne le permet, la pression devient alors trop importante et BOOM !

La solution est alors de faire un temps de séchage au début du programme, pour info mon programme de cuisson biscuit commence par une montée lente 50°C par heure) jusqu'à 100°C puis un palier de 5 heures a 100 degrés. Depuis que j'ai mis ce programme je n'ai plus d'explosions, même quand je cuis des sculptures. (Mais peut-être n'est ce pas encore assez lent, je suis à l'écoute de tout retour là-dessus car je cuis rarement des sculptures.)

Enfin il est a noté qu'une pièce sèche au touché peux, si elle est épaisse, ne pas l'être a cœur et bulle ou pas sans une pré cuisson de séchage cela peut être la fin d'une pièce.

Attention tout de même les parois ne devraient jamais faire plus d'un ou deux centimètres d’épaisseur ! Si votre sculpture est plus épaisse voir pleine je recommande un temps encore plus long…

Je profite de ce paragraphe pour parler d'un autre type de bulle, celles à la cuisson émail, un phénomène similaire arrive lorsqu'on cuit trop vite et trop chaud certaines terres. Ce n'est alors pas l'eau mais le dégazage qui est alors en cause a un moment ou la terre n'est déjà plus si poreuse. C'est typique d'un grès « basse température » (type Grès de Noron) cuit à 1250°C… la solution ? Cuire moins chaud et monter en température moins vite afin de laisser la terre dégazer avant de se vitrifier. (Voici un de mes pots « buboniques » j’avais oublié que c’était de la terre de Noron…)



Ok mais alors si la bulle n'est pas à l'origine de l'exposition pourquoi y en a-t-il souvent trace dans une pièce dont un bout a explosé même dans des pièces qui ont séché très longtemps ?

A cela, j'avance ma deuxième réponse. La présence d'une bulle crée une faiblesse, une incohérence d'épaisseur de la terre. Or pendant sa cuisson la terre se dilate puis se rétracte et toute irrégularité créée une pression qui provoque, on le sait, des fissures. Or si c'est moins dramatique qu'une explosion, une fissure peut avoir un résultat similaire et certaines « explosions » sont en réalité des pans de pots tombés à cause de fissures catastrophiques.



En conclusion, la bulle n'est pas en elle-même l'ennemi public numéro un du potier et il est tout à fait possible de cuire une forme fermée sans la percer. En revanche, la bulle reste à éviter car elle crée une faiblesse dans la pièce et même si elle passe inaperçu à la cuisson cette faiblesse rendra la pièce plus fragile à cet endroit.

Mais nous n’en avons pas fini des explosions et nous parlerons bientôt des corps étrangers dans l’argile…

131 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout